New York

Des tours de verre infini
Aux reflets glacés, sécheresse de l’âme
S’élançant, galactiques
Miroirs gris des ambitions humaines

Des chiffres s’alignent, il manque un signe
Cosmique. Rien qu’une ligne dans le ciel
Pour comprendre : que devons-nous faire ?
À part se taire et écouter la vacuité

Du refrain du temps. Et vogue parmi
La monotonie des notes lumineuses : quelle trace
Peux tu laisser face à l’ampleur de
New York

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s