GPS: Galère des Phelma en Stage

Petit florilège de vos galères de stages…

1. RIP innocence

Quand un ouvrier te raconte ses virées aux putes du week end le lundi matin.

2. Galère pour le maître de stage plutôt….

Quand au bout de deux semaines tu n’as plus rien à faire, que tu finis par regarder des vidéos sur Youtube et qu’à la fin ton boss t’invite dans un resto étoilé et t’offre des chèques resto. Refait.

3. La malédiction du scooter

Faire son stage c’est cool, mais il y a une source de problème qu’on oublie facilement, c’est le trajet entre le lieu de résidence et le boulot. Le récit qui va suivre pourrait s’intituler « le sc00ter maudit » mais on mettra des o à la place des 0 sinon c’est moche. 1A, stage opérateur, je trouve un stage près de Nantes, dans une entreprise dont l’activité principale est la fabrication d’encre. BREF. Il me faut un logement, et il y a une asso qui se charge de mettre en relation des logeurs et des étudiants. Super ! A ce stade, j’ai un vélo, et un scooter cassé. « Pas de soucis vous ne serez pas très loin en vélo ça passe no problemo tkt bro ». Et je me retrouve chez des gens très gentils (que nous appellerons Pierrot et Pierrette) à 15 bornes de là, obligé de partir à 3h du mat tous les matins pour embaucher… Mmmmh en vélo oui… Mais J’AI DE LA CHANCE Pierrot est un ancien mécano il me répare mon scooter, c’est là que tout commence.

 

Premier jour. Réparer l’engin, mais ça ne démarre pas. Je dois y être dans 20 minutes il est tôt le matin mais rien à faire. Mais J’AI DE LA CHANCE Pierrot est réveillé cool il m’amène sur place. Et J’AI DE LA CHANCE il veut bien me ramener le soir. Bon. Ce soir-là il touche à je-ne-sais-quelle-vis, ça démarre. OK.

 

Deuxième jour. J’AI DE LA CHANCE vroum vroum ça part tout seul. Mais vraiment tout seul. C’est-à-dire que sans accélérer, ça roule quand même, et quand on freine, ça continue à accélérer. Je manque de me viander 3 fois au stop. Mais arrivée à bon port. Le soir, il touche à je-ne-sais-quelle-vis, ça démarre, mais ça bouge pas tout seul, ouf.

 

Troisième jour. La bête est fébrile, ça démarre… mais à peine « allez vas-y… fais-le… yesssssss » enfin bravo c’est parti pour de nouvelles aventures. Mais c’est limite si ça ne se noie pas à chaque stop, par tous les diables. Et puis là, sortie de nulle part, la crevaison. Alleeeeeez ! Mais la partie de 1000 bornes n’est pas encore finie. Je laisse ma carcasse sur le bord de la route et J’AI DE LA CHANCE Pierrot mon sauveur me prend en voiture et finit le trajet avec moi. Il me ramène le soir. Et puis direction le garage pour ce cadavre ambulant. Pierrot un peu maladroit casse mes rétroviseurs en transportant le scooter dans la camionnette… Bon on est plus à ça près.

 

Quatrième jour. Pierrot mon J’AI DE LA CHANCE héros fait le taxi et on récupère le bestiau. Il trouve un de ses vieux rétros et le colle au scotch pour faire un miroir du fortune… ça a l’air de tenir.

 

Cinquième jour. 7 ans de malheur, je roule, je me dis qu’enfin c’est un jour avec, et là, sans crier gare, le rétro se fracasse en pleine départementale, hop-là, un miroir brisé, salut ciao. Je finis le trajet en me retournant manuellement eh ouais comme quoi la technologie c’est utile.

 

Sixième jour. Le bouquet final. Tout allait bien. Et puis par un miracle absolu je me casse magistralement la gueule sur un dos d’âne mal négocié. Pas trop violent mais un peu quand même. J’AI DE LA CHANCE petit village une dame super gentille me fait les premiers soins chez elle et m’amène aux urgences où je passe une nuit terrible (ptit déj même pas inclus vous y croyez ?) avec en prime au petit matin un plâtre tout frais pour 6 semaines à cause des fractures au pied. Et adios le stage du même coup…

 

Du coup pour les intéressés je vends un scooter, a un peu servi mais pas trop, état disons… améliorable, carrosserie zébrée très moderne, vue imprenable sur la route car pas de rétro pour gêner la vision donc n’hésitez plus (en vrai je l’ai laissé à J’AI DE LA Pierrot CHANCE trop marre de ce truc vivement le permis).

4. Les réveils difficiles…

Ce léger flottement où tu sais pas exactement quoi faire lorsque ton hôte de chambre Airbnb te réveille à 8h (en anglais, pas drôle sinon) toujours ivre de la veille (toi, pas ton hôte) pour te virer de chez lui parce que tu répondais pas au téléphone (parce que t’étais bourré, faut suivre) et qu’il ne tolère pas l’alcool chez lui.

5. Le syndrome de Peter Pan

Un collègue de mon tuteur « Je savais pas que tu prenais des stagiaires en 3ème ! »

6. Epique. Tout simplement.

Vendredi soir. Fin de semaine de boulot, et une fois n’est pas coutume, nous décidons de changer de jour pour aller picoler. Apparemment, il y a d’autres étudiants de SAP dans un pub irlandais sur Heidelberg. On arrive sur place, personne, on commence à boire, et on croise finalement des gens qu’on connait on discute un peu, les verres de Whiskys et les pintes de bières s’enchainnent. Tout va bien. Ce bar avait deux salles, deux salles deux ambiances (TMTC la Frap), on va voir ce qu’il se passe dans l’autre: c’était un putain de karaoké !!! Après maintes réflexions, on décide de faire de la merde et de chanter Bohemian Rhapsody !  Il y a du monde donc on picole et attend tranquillement au rythme des massacres des autres gens et d’une lapdance très gênante pour l’anniversaire d’un mec (ils sont bizarres ces allemands). Bref après deux bonnes heures à danser et picoler, une guiness pleine renversée à cause d’une bourrée, voici, notre tour de chanter !! Hallelujah, on va pouvoir massacrer cette chanson. On chante comme des dieux ( ou pas ), on recoit nos shots gratos, on est content et c’est la fermeture.
Finalement, fatigués de n’être que le vendredi soir, on décide de rentrer et de remettre ça le lendemain comme à notre habitude. Après un sprint de folie en essayant de renverser le moins possible de ma bière, je choppe mon tram ( ouais ya des trams toute la nuit en Allemagne, La TAG si tu m’entends ! ). Bref, j’arrive chez moi 3h/3h30 un peu saoul, en plus mes colocs sont pas là, du coup je peux faire du bruit, je prends mon temps puis je vais me coucher. Là, vous vous dites : « c’est de la merde ton histoire, il s’est rien passé ». Ahahaha jeunes innocents !

 

Disclamer : la partie qui va suivre est très confuse car les souvenirs n’existent pas beaucoup…

 

Comme je vous l’ai dit, couché en pyjama dans mon lit je m’endors paisiblement… Quel ne fut pas ma stupéfaction de me retrouver ( à en croire la logique temporelle de la suite des événements ) une heure plus tard sur mon pallier !!! Et oui dans un mystère qui restera à jamais inconnu, je me retrouve de l’autre côté de ma porte, que j’avais pourtant verrouillée avant de me coucher, l’esprit embrumé par l’alcool et avec une forte envie de pisser. Je me retourne… Oh merde, c’est une porte qui se ferme tout seul…….. La panique monte parce que non, mes colocs n’étant pas là impossible de rentrer ! « Fuck my life, fuck my life, avant toute chose allons pisser dehors »… Je sors. Heureux d’avoir pisser je veux rerentrer…. « Mais putain suis con… c’est la même merde avec cette porte…. »
Pour mieux situer: imaginez vous en pyjama Gaston ( no commentaires ), pied nus, la tête embrumé par l’alcool, coincé devant votre immeuble, sous la pluie, par 15° ( et je pense être gentil ! ). Après quelques insultes à ma personne, je sonne chez mes voisins.
1er voisin : « Hi, I’m your neightboor, I’m stuck outside can you open me pls ? » ( oui parce que je parle pas allemand sinon ca serait trop facile ! ). Réponse : Bip bip bip elle avait raccroché….
2ème voisin, pas de réponse…
3ème voisin : il répond ! Comprend que je suis coincé et m’ouvre. Je lui explique rapidement ma situation et me passe une couverture pour dormir dans le couloir. A moitié refait je remonte devant mon pallier… Putain il est mignon avec sa couverture mais suis coincé devant chez moi et mes colocs sont pas là pour 2 semaines… Evidemment en pyjama, j’ai absolument rien à part ma bite et mon… Ah bah nan même pas… Réfléchis réflechis… LA FENETRE !! J’avais laissé ma fenêtre entrouverte ! Bon mes volets sont fermés mais OSEF je tente ( après coup: je suis con quand même ).

 

Dans le couloir du troisième étage où je me trouve il y a une fenêtre donnant sur le toit et ma chambre est à 2m de celle-ci, impec. La fenêtre est aussi à 2 mètres du sol mais ca passe. J’arrive à l’ouvrir, me tracter dessus, et me voilà sur le toit ! Enfin me voilà sur le toit pied nus en pyjama alors qu’il pleut. Après quelques galères et une glissade qui aurait pu me coûter la vie, j’arrive sur ma fenêtre. Evidemment : « suis con les stores c’est bien foutu quand même tu peux pas les ouvrir depuis l’extérieur »… Bref après un retour plus facile que l’aller je rerentre par la fenêtre me casse la gueule joyeusement à cause des pieds mouillés mais je suis de retour (vivant) à l’intérieur.

 

Je remonte devant mon pallier et me cale dans la couverture. Mon cerveau, à ce moment là, se résumait à un mélange de haine envers moi, de panique, d’alcool et de détermination à rentrer chez moi ! Et à d’autres sentiments mélangés en bordel parce que c’était quand même bien la merde !!!

Je me pose 5 minutes puis aperçois la trappe qui mène au grenier ! Evidemment si tu veux rentrer dans ton appart passes par le grenier… Bref, je descends la trappe, fais plus de bruit qu’un avion de chasse qui décolle, monte dans le grenier ou il fait plus que noir malgré la fenêtre, cherche un peu mais que dalle.. « Evidemment grand con » !! Bref, je redescends, remonte la trappe et j’entends mon voisin du second. Il monte me voir pas super content d’avoir été réveillé d’après ses dires à 5h du mat.. Mais bon, il parle anglais et comprend rapidement que je suis en train de nager dans un mare de merde attaché par les pieds… L’autre voisin qui m’avait ouvert tout à l’heure monte aussi. Bref, je leur explique que mes colocs sont partis et que je suis enfermé dehors sans rien.. Comprenant mon désarroi, le deuxième voisin ( celui du premier qu’on appellera le Portier ), dit qu’il doit avoir le numéro du père de ma coloc à qui appartient l’appart. On descend récupérer le numéro, l’autre voisin ( qu’on appellera Mr James parce qu’il parle bien anglais ! ) appelle le père, lui explique le bordel et récupère le portable de sa fille ! Il me passe son tel pour que je l’appelle, évidemment elle répond pas vu qu’il est 5h du mat que les gens dorment à 5h du mat… Bref James me dit alors « Deux options : soit j’appelle la police et tu te démerdes avec eux, soit tu dors dans le couloir et on attends que ta coloc réponde ou on voit demain à 9h. Mais t’essayes pas de rentrer chez toi par effraction parce que ca fait trop de bruit ».

 

Evidemment, rencontrer la police en pyjama avec sans doute plus d’alcool que d’eau dans le sang me tentait pas trop, j’opte pour la sieste dans le couloir. Le Portier, déjà offreur de la couverture me passe 3 cousins pour que je puisse essayer de dormir un minimum, bref un bon srab ! Me voila donc un samedi matin vers 6h, coincé devant chez moi à dormir dans une couverture…

 

Après une petite nuit de sommeil, je me réveille, à cause à ce p*tain de clocher qui est en face mon appart, à 8h30. Je me remémore les aventures de la nuit, penses toujours à cette fenêtre à moitié ouverte par laquelle je pourrais passer.

 

9h toujours pas de bruit à part le clocher. Je commence à me lever regarder autour si t’as pas un fil de fer ou n’importe quoi qui pourrait ouvrir la porte, je trouve un vieux tourne vis mais bref ça ne marche pas.

 

9h30 environ, James débarque avec ma coloc au tel. Je lui explique le bordel et me dit qu’elle est en vacances loin de chez elle et que personne a de clés sur Heidelberg… Bref c’est la merde. Je lui explique alors l’idée que j’ai en tête depuis le réveil. Vu que l’appart est moderne, il y a moyen d’ouvrir les volets à distance et en forçant un peu il doit y avoir moyen d’ouvrir la fenêtre qui est entrouverte ( vous savez les fenêtres à la con qui s’ouvre par le haut ). Elle me répond « WTF t’es taré on est au 3ème ».. A quoi je lui réponds « ouais mais j’ai pas envie de payer 400€ le serrurier… « . Elle ouvre le volet. Et là, ma voisine d’en face sort (ca faisait quand même 15min qu’on discutait devant chez elle, en même temps). Cette voisine #lasauveuse raconte à mon voisin vu que je ne parle pas allemand, que c’était elle que j’avais eu au premier coup quand j’étais dehors mais qu’elle parlait pas anglais du coup elle n’avait rien fait ! Mais elle connaissait un serrurier qui pourrait sans doute venir m’ouvrir et que ca me couterait entre 200 et 300€. D’abord, pas très chaud, mon voisin finit par me convaincre que d’essayer par le toit sachant que je n’étais pas sûr d’y arriver, que les voisins pouvaient appeler les flics, et que si j’arrivais à rentrer mais en pétant la fenetre, j’en aurai pour bien plus cher ! (malgré le bonus de swag évident ). La Sauveuse appelle son pote, qui lui dit « NP j’arrive et ca devrait couter que 100€ vu que la porte n’est pas fermée à clé ». Bref, je tiens ma solution pour rentrer chez moi.

 

Le Portier insiste pour me faire du café, mon autre voisin me demande si je veux quelque chose je lui réponds « laissez moi pisser please!!! » ( oui parce que depuis le réveil j’avais envie de pisser ), il me dit t’inquiètes vas y,  je pisse ( meilleur moment de l’aventure pour moi ! ), il me passe des gâteaux et une bouteille d’eau gazeuse ( mais j’aime pas l’eau gazeuse du coup il retourne en chercher une d’eau plate: non suis pas un mec chiant ! ). Je remonte devant mon pallier, dit à ma voisine t’inquiète je vais pas je vais attendre ici, bois une gorgée de café…. « PUTAIN, c’est chaud », j’ai encore la langue brûlée à l’heure où j’écris ce message un jour et demi plus tard. Bref entre mon café, mes barres chocolatées et la voisine qui va faire sa lessive, le temps passe vite. Le mec arrive 45min plus tard, regarde vite fait, et parlant un peu français m’engueule d’avoir laissé les clés sur la porte. En même temps, l’inverse m’aurait peut être evité toute cette emmerde mais merci du conseil… Bref il prend un fil de fer, s’appuie sur la porte et l’ouvre en 30s grand max… Puis s’en va prends le café chez la vosine qui vient me voir me disant que ça coutera 50€.

 

Bref 6h et 50€ en moins après le début de l’histoire me voila chez moi ! La suite se déroulera sans heurt ! Sauf peut être la peur que j’ai eu le soir avant de me coucher de me reretrouver dehors ! Morale de cette histoire ?
– Fuck you le mec qui a inventé les portes qui se ferment en claquant !
– Les fenêtres qui sont entrouvertes ne s’ouvrent pas, j’ai essayé après.
– Les tuiles mouillés ca glisse, j’ai des bleus un peu partout à cause de ça.
– Et je suis bien content de pas dormir à poil !

 

Bref quand suis bourrée apparemment suis somnambule…

7. Après Peter Pan, la Belle au Bois Dormant

Réunion importante avec un client majeur de mon maître de stage. On commence à parler de choses concrètes, la réunion est efficace. En bonne stagiaire, je prends des notes. Puis le rythme s’essouffle et la réunion devient chiante au possible, la discussion n’avance pas et je suis coincée dans ma chaise… Je me suis couchée tard la veille, le rembourrage de mon siège a eu raison de moi et je me suis endormie en réunion .

Oups.

Je n’avais pas pris mon téléphone avec moi, et j’ai remarqué, quand je l’ai récupéré, que mon maitre de stage avait tenté de me réveiller en m’appelant. Grand moment de solitude hyper gênant.

8. On a tous tendance à s’enfermer dehors, avec ou sans alcool.

Emprunter un badge passe partout pour pouvoir se déplacer dans les bâtiments en attendant que son badge personnel soit validé. Oublier le badge dans une salle. Etre coincé dans le couloir et devoir sonner à la porte du bureau. Passer pour un boulet au bout d’une heure de stage.

9. Stagiaire inattendu.

Premier jour de stage. Après avoir attendu mon maître de stage pendant une heure, je décide de partir à sa recherche. Je trouve son bureau et l’attends encore deux heures le temps qu’il finisse sa réunion. Si c’est un test de patience je l’ai réussi haut la main. Lorsque je le rencontre enfin, je me présente. Sa réponse? « Tu es sûre que c’est le bon S.B? »

Pour nous envoyer une GPS

Z’avez même le droit de commenter l’article

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s